Aperçu

La Suisse fait l’expérience, depuis l’entrée en vigueur de l’accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) en 2002, de l’ouverture progressive du marché du travail et d’une immigration facilitée. Comme le démontrent différentes statistiques, l’économie et le marché du travail en Suisse ont beaucoup profité de la libre circulation des personnes.

L’immigration a en grande partie évolué conformément aux besoins de l’économie suisse, favorisant ainsi l’essor économique. Les entreprises suisses peuvent plus facilement recruter, dans les pays de l’Union européenne (UE) ou de l’Association européenne de libre-échange (AELE), le personnel qualifié ou hautement qualifié dont elles ont besoin, ce qui leur permet de rester concurrentielles.

Des cas de dumping salarial ont été observés, en particulier dans certaines branches à risque. Les mesures d’accompagnement ont toutefois été renforcées de manière ciblée et se sont révélées être un instrument efficace contre ces abus en matière de salaire et de conditions de travail.

L’immigration, qui découle de la solidité de la situation économique en Suisse, représente l’une des raisons des défis liés à l’utilisation de l'infrastructure.

De nombreuses études ont été réalisées afin de connaître l’impact de cette libre circulation des personnes sur le marché du travail et sur la situation du marché du logement, par exemple. Des études du SECO examinent les conséquences de l’augmentation du nombre de travailleurs frontaliers, en particulier au Tessin et dans les régions frontalières.

Liens

Dernière modification 08.02.2021

Début de la page

https://www.rhf.admin.ch/content/fza/fr/home/auswirkungen/ueberblick.html