Davantage d’Allemands et de Portugais en Suisse

Communiqués, SEM, 28.02.2006

Berne. La population résidante étrangère a crû légèrement de 1,1 pour cent, l’année dernière en Suisse, et s’établissait à 1'511'937 personnes à fin dé-cembre 2005. L’augmentation, de l’ordre de 17'000 personnes, doit être attribuée en majeure partie à l’immigration en provenance de l’Union européenne, en parti-culier d’Allemagne et du Portugal.

L’accord bilatéral avec l’UE sur la libre circulation des personnes se répercute une nou-velle fois sur la composition de la population étrangère en Suisse. Tandis que le nombre de citoyens des 15 anciens Etats membres de l’UE et des pays de l’AELE accusait une croissance de 2,1 pour cent, celui des ressortissants des Etats non membres de l’UE-25/AELE a diminué, lui, de 0,2 pour cent. Au 31 décembre 2005, l’effectif de la population permanente étrangère en Suisse s’élevait à 1'511'937 personnes, ce qui représente 20,3 pour cent de la population globale (contre 20,2% en 2004).

Dans l’ordre d’importance, les nationalités en plus forte progression sont les Allemands (+12'716), suivis des Portugais (+ 7'532) et des Français (+ 2'012). Par contre, le nombre de ressortissants d’Italie, de Serbie et Monténégro, d’Espagne, de Bosnie et Herzégo-vine et de Croatie est en régression. Ces chiffres confirment la tendance enregistrée ces quatre dernières années.

Le principal motif d’immigration, en 2005, a été à nouveau le regroupement familial (39,2%). Les étrangers exerçant une activité lucrative contingentée forment le deuxième groupe d’entrées par motif d’immigration (34,5%), suivis des étrangers qui viennent pour une formation ou un perfectionnement professionnel (13,8%).

Les Italiens figurent toujours en tête des nationalités les plus représentées en Suisse (296'392 personnes, soit 19,6 pour cent des étrangers), suivis des ressortissants de Ser-bie Monténégro (196'179, 13,0%) et du Portugal (167'269, 11,1%).

Légère hausse des naturalisations

Le nombre des naturalisations a légèrement augmenté, l’année dernière, passant de 36'957, en 2004, à 39'753, en 2005. Viennent en tête les ressortissants de Serbie et Monténégro (9'482 personnes), suivis des Italiens (4'162) et des Turcs (3'467).

Interdictions d’entrée

L’année dernière, 9'750 personnes ont fait l’objet d’une interdiction d’entrée en Suisse (année précédente : 10'250). Cette mesure a été rendue dans 3'861 cas en raison d’un trafic de drogue ou d’autres condamnations pénales, dans 2'654 cas en raison d’un sé-jour illégal sans activité lucrative et dans 1'835 cas en raison d’un travail au noir.


Données de l’ODM et de l’OFS sur la population

Les chiffres publiés par l’Office fédéral des migrations (ODM) concernant la population résidante permanente étrangère s’appuient sur les données du Registre central des étrangers et englo-bent tous les ressortissants étrangers - titulaires d’une autorisation de séjour, d’établissement ou de courte durée (plus de 12 mois) - séjournant en Suisse durant un an au moins. Ne sont pas compris les personnes relevant du domaine de l’asile, les fonctionnaires internationaux, les diplomates et leur famille (pas enregistrés dans le Registre central des étrangers).
Pour sa part, l’Office fédéral de la statistique (OFS) tient compte, dans sa statistique de la popu-lation, des fonctionnaires internationaux ainsi que des diplomates et de leur famille. D’où une différence, concernant la population résidante permanente étrangère, entre les chiffres publiés par l’OFS (20,7 % de la population globale) et l’ODM (20,3 %).


Infos complémentaires

Documents

Dossier

vers le haut Dernière modification 28.02.2006

Contact

Contact / renseignements

Secrétariat d’Etat aux migrations
T
+41 58 465 11 11
Contact