Migration: Ignazio Cassis signe un accord de réadmission avec la Mongolie

Communiqués, SEM, 05.04.2018

La Suisse et la Mongolie ont signé deux accords, jeudi à Oulan-Bator, à l’issue d’un entretien entre le conseiller fédéral Ignazio Cassis et le ministre mongol des affaires étrangères Damdin Tsogtbaatar. Cette rencontre a notamment permis de constater que les relations entre les deux pays étaient «au beau fixe». En signant un accord de réadmission, la Mongolie s’engage à accueillir ses ressortissants qui séjournent en Suisse sans autorisation. Un second accord exemptera à l’avenir les diplomates de l’obligation de visa pour pouvoir voyager dans les deux pays.

Le chef du DFAE a signé l’accord de réadmission au nom du Secrétariat d’État aux migrations qui a négocié cet accord. Il pourrait concerner une centaine de personnes sur les quelque 1000 Mongols installés en Suisse. Cela devrait avant tout faciliter et accélérer les procédures de retour des personnes se trouvant en Suisse sans y être autorisées.

Le second accord permettra à l’avenir les diplomates des deux pays de se rendre en Suisse ou en Mongolie sans visa. «La signature d’un accord allégeant la pratique en matière de visas est un pas vers plus de mobilité et permettra de resserrer encore les relations entre nos deux pays», a relevé le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) lors d’un point de presse.

La Mongolie est un pays important, qui a un rôle de pont à jouer entre la Russie et la Chine. La Suisse souhaite soutenir cette jeune démocratie dans son développement. «Nous avons un autre point commun», a dit Ignazio Cassis: «nos deux pays, qui défendent la paix et la stabilité dans le monde, sont candidats à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies pour les années 2023 et 2024. J’espère que nous pourrons y siéger et travailler ensemble». 

Le conseiller fédéral a également eu un entretien avec le ministre des finances Khurelbaatar Chimed, et il a rendu une visite de courtoisie au président Khaltmaagiyn Battulga. Les entretiens ont porté sur les relations bilatérales ainsi que sur les questions d’actualité de la politique internationale. M. Cassis a notamment souhaité connaître l’avis des Mongols sur l’initiative chinoise pour une nouvelle route de la soie «Belt and Road».

La coopération suisse est présente en Mongolie depuis 2001. Il a été décidé qu’un nouveau programme s’étendrait de 2018 à 2021, a relevé le conseiller fédéral. La bonne gouvernance, l’agriculture et l’environnement, ainsi que la formation à l’apprentissage continueront d’être les priorités de l’action suisse en Mongolie. Un nouvel accent sera mis sur les défis posés par la pollution de l’air et ses conséquences sur la santé.

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a profité de son séjour pour en apprendre plus sur l’action que mène la Direction du développement et de la coopération (DDC) dans le pays. Il s'est rendu dans l’une des quelque vingt écoles enfantines et primaires de la capitale Oulan-Bator qui ont été rénovées grâce à l’aide de la Suisse, dans le cadre d’un projet visant à accroître l’efficacité énergétique. M. Cassis a ensuite effectué une visite dans une école professionnelle qui forme de jeunes Mongols et Mongoles à différentes professions artisanales. Vendredi, à la fin de son voyage, il se rendra sur le site d’un projet pilote destiné à améliorer les règles juridiques encadrant l’exploitation minière artisanale. Ce projet vient en aide à quelque 60 000 mineurs et leurs familles, dont il améliore les revenus et l'acceptation sociale.

Depuis 2001, la Suisse soutient avec succès le développement économique, la lutte contre la pauvreté et le processus de démocratisation en Mongolie: à titre d’exemple, un projet suisse dédié au développement et à l’amélioration de la culture de la pomme de terre a permis au pays d’accéder à l’autosuffisance en ce qui concerne ce tubercule. En outre, la DDC s’investit en faveur de l’exploitation durable des pâturages, de la santé du bétail et d’une commercialisation réussie des produits animaux. Son action assure aux pasteurs nomades des moyens de subsistance sur le long terme.

La mise en place, à l’initiative de la Suisse, d’un réseau de plus de 150 guichets uniques (One Stop Shops) sur le territoire national constitue un autre exemple de la collaboration fructueuse qui s’est instaurée dans le cadre du processus de démocratisation et de bonne gouvernance. Le gouvernement mongol poursuit le développement de ce réseau. Les guichets uniques centralisent toute une série de prestations, et contribuent ainsi à la modernisation de l’administration.

vers le haut Dernière modification 05.04.2018

Contact

Service d'information DFAE
T
+41 58 462 31 53
Contact