Le SEM apporte aussi de l’aide sur place

Le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) attache une grande importance à la protection des migrants et des réfugiés dans les régions de provenance et de transit. C’est pourquoi il offre son soutien aux pays de premier accueil et de transit, notamment dans les États voisins de la Syrie, les pays de la Corne de l’Afrique, de même que les États d’Afrique du Nord. L’objectif visé est d’améliorer les conditions de vie des migrants et des réfugiés (protection, enregistrement, approvisionnement de base, etc.) et d’organiser les systèmes nationaux de gestion de l’asile et de la migration de telle manière à les rendre plus efficaces. Les migrants seraient ainsi moins enclins à poursuivre leur voyage vers l’Europe dans l’illégalité et dans des conditions souvent dangereuses. L’Afrique du Nord constitue une région de transit importante pour la migration irrégulière à destination de l’Europe. En marge des projets menés dans le domaine de la protection, le SEM soutient aussi, dans cette partie du monde, des projets qui visent à favoriser le retour volontaire des migrants, de même qu’à assurer leur sauvetage en haute mer.

Éthiopie

Éthiopie: projets du «Norwegian Refugee Council» (NRC)
enlarge_picture

La politique, baptisée "Out-of-Camp policy", adoptée en Éthiopie permet dans certaines circonstances aux réfugiés érythréens de quitter les camps de réfugiés situés dans le nord de l’Éthiopie pour venir s’installer à Addis Abeba. Par une enveloppe budgétaire de 1,05 million de francs, le SEM finance un projet de deux ans mené par le "Norwegian Refugee Council" (NRC). Cet organe soutient la mise en œuvre de la politique évoquée plus haut en aidant les réfugiés à se bâtir une nouvelle existence à long terme. Un Ressource Center, actuellement en construction à Addis Abeba, servira de point de contact avec les réfugiés, qui pourront y obtenir des informations pertinentes et utiliser une salle d’informatique et une bibliothèque. Des cours de formation sont par ailleurs déjà dispensés sur ce site. Le NRC s’entretient avec les réfugiés au sujet de leurs propositions de projets et leur accorde une aide financière initiale. Grâce à cette aide, ils ont la possibilité d’agir en vue de façonner et d’améliorer leur avenir. En outre, les réfugiés particulièrement vulnérables reçoivent de l’argent afin de couvrir leurs besoins urgents, à l’instar d’une aide médicale.

Afrique du Nord

Afrique du Nord: Projet de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) d’aide au retour volontaire depuis la Libye
enlarge_picture

Projet de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) d’aide au retour volontaire depuis la Libye

Le SEM cherche à contribuer à une meilleure gestion des flux migratoires et à mettre en œuvre des mesures de protection à l’intention des migrants en Libye. Dans ce but, il a tenté d’identifier, avec les partenaires potentiels, des projets envisageables sur place, et ce, malgré la situation de chaos qui règne en Libye et l’absence de personnel expatrié permanent sur place. Le SEM a ainsi soutenu pendant une année un projet de l’OIM en Libye consacré à l’assistance et au rapatriement volontaire de migrants vers leur pays d’origine (principalement l’Afrique subsaharienne) à hauteur de 1,054 million de dollars. Le projet prévoit une assistance à 440 migrants vulnérables ou en détention pour l’organisation du retour : obtention des documents de voyages auprès des ambassades, soins médicaux nécessaires avant le départ, vol de retour direct ou en transit par la Tunisie, viatique pour le retour, rétablissement des liens familiaux. Pour 90 personnes particulièrement vulnérables, une aide à la réintégration limitée (1000 dollars, accueil et conseil dans le pays d’origine) est prévue. L’OIM estime que plus de 5000 migrants seraient en détention ou en situation de vulnérabilité. Par l’intermédiaire de son personnel local et de six associations partenaires sur place, l’OIM a accès à certains lieux de détention et est régulièrement sollicitée, et ce également par les ambassades des pays d’Afrique subsaharienne, pour l’organisation du retour. La coopération avec le "Department for Combatting Illegal Migration" (DCIM, Ministère de l’Intérieur) permet à l’OIM d’accéder aux lieux de détention et aux migrants vulnérables. Le projet s’est terminé fin août 2016.

Turquie

Turquie: Projet de l’Agence des Nations Unies (HCR) pour les réfugiés visant à soutenir les autorités turques dans l’enregistrement des réfugiés syriens
enlarge_picture

Projet de l’Agence des Nations Unies (HCR) pour les réfugiés visant à soutenir les autorités turques dans l’enregistrement des réfugiés syriens

La Turquie compte sur son territoire plus de 2,7 millions de réfugiés syriens qui séjournent, pour la grande majorité, hors des camps de cet État. Depuis 2013, la Suisse soutient le projet "Protection of and Assistance to Non-Camp Refugees in Turkey" mis en œuvre par le HCR. Ce projet vise en premier lieu à améliorer les capacités d’enregistrement des réfugiés syriens par les autorités turques compétentes (le "Directorate General for Migration Management"), tout en offrant un soutien direct aux réfugiés syriens séjournant hors des camps étatiques. L’enregistrement rapide et efficace des réfugiés permet à ces derniers d’accéder aux services offerts par l’État turc, notamment en matière de santé et d’éducation. Depuis ses débuts en 2013, le projet a évolué en fonction des besoins des autorités. Ainsi, lors de la première phase du projet (2013-2014), un centre mobile d’enregistrement a été fourni aux autorités turques afin d’améliorer la qualité et la rapidité de l’enregistrement des réfugiés. Lors de la deuxième phase (2014-2015), le HCR a assisté les autorités dans la mise en place du système GOC NET, la base de données des réfugiés enregistrés en Turquie. Entré dans sa troisième phase, le projet renforce aujourd’hui les capacités d’enregistrement des autorités turques par des formations dispensées par le HCR et la mise à disposition d’interprètes et de "scanners" digitaux. La phase III dotée d’un budget de 1,4 million de francs s’étendra jusqu’en avril 2017.

Documentation

vers le haut Dernière modification 08.09.2017