Politique migratoire

La politique migratoire suisse est extrêmement vaste. Elle touche aussi bien le travailleur portugais de la construction, la famille de réfugiés kurde, la cadre supérieure allemande, les secondos nés en Suisse que les revendeurs de stupéfiants ou les clandestins.

La politique migratoire suisse s’articule autour de trois axes:

  • La prospérité de notre pays. A cette fin, nous avons besoin de la main-d’œuvre étrangère. Sans elle, nombre de branches économiques – la construction, le tourisme, le domaine de la santé, la place financière et industrielle – ne pourraient maintenir leur niveau actuel. C’est pourquoi la Suisse est tributaire d’une immigration contrôlée.
  • La protection des victimes de persécutions, comme le veut la tradition humanitaire de notre pays, qui se doit d’accueillir quiconque est forcé de fuir la guerre ou la torture. Cependant, toutes les personnes ayant déposé une demande d’asile ne sont pas reconnues en tant que réfugiés, ni admises au titre de l’admission provisoire. Les requérants d’asile déboutés sont tenus de quitter notre pays, mais leur retour doit être favorisé.
  • La sécurité des Suisses et des immigrés. A cet effet, chacun est appelé à observer les principes favorisant la coexistence pacifique. L’intégration des immigrés réussit fréquemment mais hélas pas toujours. Il convient de rester vigilants face à la criminalité, aux abus et au racisme. Les collaborateurs de l’Office fédéral des migrations déploient des efforts quotidiens pour atteindre ces objectifs. La présente brochure vous renseignera sur le travail accompli dans notre office et vous indiquera à qui vous pouvez adresser vos questions.

vers le haut Dernière modification 24.11.2014