Formation professionnelle

La formation revêt une très grande signification en Suisse. Aussi, joue-t-elle un rôle important dans l’intégration. Un certificat de fin de scolarité obligatoire ouvre la porte du marché de l’emploi. Par contre, une formation avortée peut entraver une vie durant les perspectives professionnelles de la personne concernée.

En Suisse, diverses voies mènent à une formation de qualité, qui s’appuie sur un système dual.

La Suisse prône un système de formation professionnelle qui permette aux individus de s’épanouir sur les plans professionnel et personnel et de s’intégrer dans la société, en particulier dans le monde du travail, tout en les rendant aptes et disposés à faire preuve de flexibilité professionnelle et à rester dans le monde du travail. La loi fédérale sur la formation professionnelle (LFPr) encourage et développe l’égalité des chances de formation sur le plan social et à l’échelle régionale.

Le système de formation duale, qui allie le travail en entreprise pendant trois à quatre jours par semaine et des cours de un à deux jours à l’école professionnelle, joue un rôle primordial. L’importance accordée à la formation pratique explique le taux d’intégration relativement élevé sur le marché du travail.

Des offres transitoires sont ouvertes aux jeunes qui ne commencent pas une formation professionnelle ou une formation du degré secondaire après leur scolarité obligatoire. Elles s’étendent généralement sur un an et servent à remédier aux lacunes scolaires, linguistiques ou autres. Elles visent à faciliter l’orientation professionnelle des jeunes et à leur permettre de prendre une décision au sujet de leur formation postobligatoire. Elles servent aussi de solution provisoire en cas de déséquilibre entre l’offre et la demande. Les offres varient d’un canton à l’autre.
    


Etats des lieux de la formation des adolescents et jeunes adultes arrivées tardivement en suisse

Bureau d’études de politique du travail et de la politique sociale BASS AG
janvier 2016

En matière de politique de formation, les cantons et la Confédération ont pour objectif d’augmenter à 95 % le taux de diplômés de la scolarité postobligatoire chez les moins de 25 ans. A ce sujet, les Comités nationaux de la collaboration interinstitutionnelle CII – les autorités fédérales et les conférences cantonales des domaines de la formation professionnelle, de l’assurance-chômage, de l’assurance-invalidité, de l’aide sociale ainsi que des migrations et de l’intégration – ont conclu qu’il fallait agir en faveur notamment des adolescents et des jeunes adultes qui arrivent en Suisse entre 16 et 25 ans. Ces groupes-cibles n’ont pas effectué leur scolarité en Suisse. Une partie de ces groupes-cibles présente un risque accru de ne pas parvenir à suivre une formation postobligatoire et de se retrouver plus tard au chômage et dépendants de l’aide sociale.

Le Secrétariat d’Etat aux migrations SEM a ainsi chargé le bureau d’études de politique du travail et de politique sociale BASS AG, dans le cadre d’un projet de la CII, de dresser un état des lieux détaillé des structures, mesures et formes de collaboration qui existent dans le domaine de la participation à la formation postobligatoire des adolescents et jeunes adultes arrivés tardivement en Suisse.

L’état des lieux permet une vue d’ensemble quantitative des groupes-cibles arrivés en Suisse pendant la période 2008–2013. Des possibilités d’amélioration sont proposées dans les champs d’action telles l’information et conseil, promotion de la langue, élimination d’obstacles par rapport aux mesures de formation, promotion d’intégration systématique dans le cadre de la formation postobligatoire ou encore le renforcement de la coordination interinstitutionnelle.


Etude préliminaire "Projet pilote – Exploiter le potentiel des migrants : formations de rattrapage", Rapport final

23 décembre 2011

L’étude préliminaire relative au projet pilote "Exploiter le potentiel des migrants : formations de rattrapage" vise à s’assurer que ce projet soit mis en œuvre en tenant compte au mieux des expériences faites par les différents acteurs et leurs groupes-cibles avec les procédures de structures existantes. L’objectif de ce projet consiste à parvenir à une intégration professionnelle "équivalente" pour les réfugiés reconnus et les personnes admises à titre provisoire hautement qualifiés. Outre l’étude préliminaire, un guide a également été publié (cf. ci-dessous).

Infos complémentaires

Projets

Etudes

Instruments

   

vers le haut Dernière modification 29.01.2016