Rapport annuel 2012 sur l’encouragement de l’intégration

Mots-clés: Intégration

Communiqués, SEM, 08.10.2013

Berne. En 2012, la Confédération a soutenu les mesures cantonales prises en matière d’intégration linguistique, professionnelle et sociale des étrangers pour un montant de 17,5 millions de francs. La même année, elle a également versé près de 23 millions de francs aux cantons pour l’intégration des réfugiés reconnus et des personnes admises à titre provisoire qui ne peuvent pas encore retourner dans leur pays d’origine. Tels sont les points saillants du rapport annuel 2012 "Encouragement de l’intégration de la Confédération et ses effets dans les cantons" publié aujourd’hui.

L’intégration se fait au niveau local. C’est pourquoi les mesures appliquées dans ce domaine relèvent en premier lieu des cantons et des communes. Des informations ciblées, la promotion des langues et la qualification professionnelle devraient permettre aux migrants de s’intégrer à notre société et de subvenir seuls à leurs besoins et à ceux de leur famille.

Une intégration plus rapide

En 2012, les cantons ont amélioré leur offre de cours de langues. Ainsi, plus de 100 000 personnes ont participé à environ 4500 offres d’encouragement linguistique. De plus, l’Office fédéral des migrations (ODM) a développé davantage le système d’apprentissage des langues axé sur la pratique "fide". En collaboration avec les partenaires sociaux, il a testé avec succès ce système dans le secteur de la construction au moyen du projet-pilote "Deutsch auf der Baustelle" ("L’allemand sur les chantiers"), qui consiste à offrir des cours avant ou après le travail directement sur les chantiers, par exemple dans les baraques de chantier ou les centres d’entretien. Ces cours sont compris dans le temps de travail.

En outre, grâce à l’aide d’interprètes communautaires, la Confédération et les cantons ont contribué à ce que les migrants puissent communiquer au quotidien, par exemple lors de visites médicales ou d’entretiens scolaires délicats. En 2012, près de 175 000 heures d’interprétariat ont ainsi été réalisées. Par ailleurs, neuf cantons ont systématiquement utilisé l’instrument de la convention d’intégration. Selon le rapport des cantons, en 2012, dans près de 2000 cas, des conventions d’intégration ont été conclues ou des recommandations ont été émises.

Les centres de compétence Intégration ont délivré des informations pertinentes et des conseils aux employeurs, aux autorités, aux organisations ainsi qu’aux migrants dans toute la Suisse. De plus, l’ODM a lancé un grand projet-pilot intitulé "Exploiter le potentiel des migrants : formations de rattrapage" afin d’apporter son soutien de manière ciblée aux personnes présentant de bonnes qualifications professionnelles.

Objectifs stratégiques à partir de 2014

A partir de 2014, les cantons encourageront l’intégration dans huit domaines qu’ils ont définis de concert avec la Confédération. En 2012, ils ont déterminé des objectifs stratégiques afin de tenir compte des besoins locaux. Ainsi, ils peuvent s’assurer que les étrangers sont informés de leurs droits et obligations, qu’ils apprennent la langue parlée dans leur canton et qu’ils travaillent, tout cela le plus rapidement possible. La Confédération conclura, quant à elle, des conventions de programmes d’une durée de quatre ans avec les cantons et versera ses contributions à l’encouragement de l’intégration sur cette base.

Infos complémentaires

vers le haut Dernière modification 08.10.2013

Contact

Contact / renseignements

Eric Kaser Secrétariat d’Etat aux migrations
T
+41 58 465 92 13
Contact