Le Nigéria et la Suisse concluent un partenariat migratoire

Communiqués, SEM, 05.11.2010

Berne. Aujourd’hui, la Suisse et le Nigéria ont conclu avec succès les négociations en vue d’un partenariat migratoire entre les deux pays. Cet événement constitue le point culminant de la visite officielle à Berne de l’ambassadeur Martin Uhomoibhi, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères du Nigéria, au cours de laquelle il a rencontré l’ambassadeur Peter Maurer, secrétaire d’Etat du Département fédéral des affaires étrangères, et Alard du Bois-Reymond, directeur de l’Office fédéral des migrations.

Cette visite officielle, qui s’inscrivait dans le cadre de consultations politiques régulières, était essentiellement consacrée à la coopération dans le domaine des migrations. Les délégations suisse et nigériane ont conclu avec succès les négociations entreprises en vue d’un partenariat migratoire bilatéral. Le mémorandum d’entente, qui faisait l’objet de discussions entre les deux pays depuis la visite à Abuja de la ministre suisse des affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, en avril 2009, couvre la coopération dans des domaines tels que le renforcement des capacités des services de l’immigration, la migration et le développement, la promotion et la protection des droits de l’homme, la migration régulière avec par exemple des programmes d’échanges en matière de formation et de perfectionnement ou encore la lutte contre la traite des migrants, le trafic des êtres humains et le trafic de drogue, l’aide au retour, la réadmission et la réintégration, ainsi que sur la prévention de la migration illégale.

La signature formelle du mémorandum d’entente au niveau ministériel est prévue pour bientôt. Ce mémorandum d’entente sur un partenariat migratoire joue un rôle pionnier et permettra d’intensifier de manière significative la coopération entre la Suisse et le Nigéria. Les deux parties souhaitent mettre en place une coopération sur le long terme qui serve leurs intérêts mutuels et reflète une approche globale de la migration, c’est-à-dire une approche reconnaissant à la fois les opportunités et les défis de la migration. Il s’agit du premier accord de ce type entre la Suisse et un pays africain.

Les consultations politiques d’aujourd’hui ont servi de plateforme pour échanger des points de vue sur la suite à donner, la mise en œuvre du partenariat et la réalisation d’éventuels projets et initiatives communs. Parmi les nombreux sujets abordés, les deux délégations ont exploré les possibilités permettant de renforcer le programme suisse d’aide au retour volontaire et à la réintégration dont bénéficient les Nigérians depuis 2005. Des discussions préliminaires ont été menées avec des entreprises suisses opérant au Nigéria afin d’identifier les possibilités d’offrir une formation professionnelle à un certain nombre de jeunes Nigérians. Dans le domaine de la migration et du développement, la Suisse va étendre au Nigéria un système régional déjà en place, qui vise à identifier, à protéger et à réintégrer les jeunes migrants échoués («stranded migrants») et les enfants vulnérables. Les deux parties ont accepté d’impliquer davantage dans le partenariat les membres de la diaspora nigériane en Suisse.

Le tragique incident du 17 mars 2010, durant lequel un jeune Nigérian sur le point d’être rapatrié au Nigéria est mort à l’aéroport de Zurich, a également figuré à l’ordre du jour. La délégation suisse a réitéré ses regrets. Les deux délégations ont dressé un état des lieux de la série de mesures pratiques mises au point conjointement au cours des derniers mois dans le but d’améliorer le processus de rapatriement et d’éviter qu’un tel événement ne se reproduise. Le gouvernement nigérian a notamment donné son accord pour participer à l’ensemble du processus de rapatriement. De même, le secrétaire d’Etat Uhomoibhi a exprimé sa satisfaction quant aux mesures décidées. Les deux parties ont insisté sur la nécessité de prendre toutes les dispositions nécessaires pour garantir que le processus de rapatriement soit mené dans la dignité et le respect. Par conséquent, elles ont décidé de reprendre une coopération régulière basée sur l’accord bilatéral de réadmission de 2003 et notamment de réintroduire les vols de rapatriement dès le 1er janvier 2011. D’ici là, la coopération normale reprendra progressivement avec des missions d’identification menées par des autorités nigérianes et la participation de Nigérians rapatriés à des vols FRONTEX vers le Nigéria.

Les deux délégations se sont également entretenues sur des domaines d’intérêt commun tels que le commerce et l’investissement bilatéraux, la lutte commune contre les avoirs illicites, les opérations de paix en Afrique subsaharienne, la situation sécuritaire dans la région saharo-sahélienne, la présidence nigériane de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest et l‘examen du Conseil des droits de l’homme. Au printemps 2011, un groupe de jeunes diplomates nigérians participera, avec leurs homologues suisses, à une formation d’un mois à Genève et à Berne. Peter Maurer a accepté l’invitation de Martin Uhomoibhi à participer à la prochaine ronde de consultations bilatérales, qui se déroulera à Abuja en 2011.

vers le haut Dernière modification 05.11.2010

Contact

Contact / renseignements

Secrétariat d’Etat aux migrations
T
+41 58 465 11 11
Contact
Service d'information DFAE
T
+41 58 462 31 53
Contact