Les procédures d’asile fast track sont étendues à la Guinée

Mots-clés: Asile

Communiqués, SEM, 24.02.2017

Berne. La Guinée constitue l’un des principaux pays de provenance des requérants d’asile en Suisse. Depuis l’été 2016, le nombre de demandes d’asile de ressortissants guinéens a augmenté. Or, l’expérience montre que ces personnes n’ont qu’un besoin de protection très limité. Pour cette raison, le Secrétariat d’État aux migrations a décidé, le 21 février 2017, d’appliquer également la procédure fast track aux requérants d’asile originaires de Guinée. Cette procédure vise à traiter de manière accélérée les demandes d’asile peu fondées de personnes provenant de pays pour lesquels le taux de reconnaissance est faible.

La Suisse enregistre une hausse constante des demandes d’asile de ressortissants guinéens depuis le second semestre 2016. L’année dernière, 900 personnes originaires de Guinée ont déposé une demande d’asile en Suisse (2015 : 274 demandes). Avec 120 demandes au cours du mois de janvier 2017, la Guinée arrive au deuxième rang des pays de provenance des requérants d’asile en Suisse. Cette évolution est liée au grand nombre de débarquements de ressortissants guinéens dans le sud de l’Italie depuis le milieu de l’année 2016.

L’expérience montre que les personnes originaires de Guinée n’ont guère besoin de protection au sens de la loi sur l’asile. En 2016, le taux de reconnaissance (octroi de l’asile) a été de 0 % et le taux de protection (octroi de l’asile et admissions provisoires) d’environ 2 %.

Effet durable des procédures accélérées

En 2012, le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) a introduit le traitement accéléré des demandes d’asile peu fondées déposées par des ressortissants de pays pour lesquels le taux de reconnaissance est faible. À l’heure actuelle, la procédure en 48 heures est menée pour les demandes d’asile déposées par des personnes en provenance des pays européens exemptés de l’obligation de visa (notamment la Serbie, la Bosnie et Herzégovine, l’Albanie et la Macédoine), ainsi que du Kosovo et de la Géorgie. Quant à la procédure fast track, elle a jusqu’à présent été appliquée aux ressortissants du Maroc, du Nigéria, de la Tunisie, de l’Algérie, de la Gambie et du Sénégal. Le traitement prioritaire et accéléré des demandes d’asile a permis de réduire durablement le nombre de nouvelles demandes déposées par des ressortissants de pays pour lesquels le taux de protection est très faible. Les demandes d’asile traitées en procédure accélérée font l’objet d’un examen minutieux et individuel au même titre que les autres de la part du SEM.

vers le haut Dernière modification 24.02.2017

Contact

Information et communication SEM
T
+41 58 465 78 44
Contact